L’événement est maintenant terminé! Merci à tous pour votre formidable participation! Vous pouvez lire le compte-rendu de l’événement pour en savoir plus sur le déroulement des trois jours. Bonne lecture!

Voici les photos des créations faites par Percolab pendant l’événement, cliquez sur les images pour les agrandir.

Programmation de la semaine

Mardi 4 octobre
15h30 à 17h00
Amphithéâtre Banque
Nationale
Ouverture
Mots de bienvenue
Jacques Robert, Directeur associé à la valorisation et au transfert – HEC Montréal.
Johanne Turbide, Professeure titulaire à HEC Montréal, Responsable du Pôle IDEOS
Chad Lubelsky, Directeur de programme, The J. W. McConnell Family Foundation.
Gorana Govedarica, coordonnatrice de la Semaine d’innovation sociale – HEC Montréal, édition 2016.
Panel: Transformation sociale , vers quoi et comment ? Vision et gestes concrets
Animation: Line Pagé
Invités:
Manon Massé (Québec Solidaire), Yves-Marie Abraham (HEC Montréal), Émilie Nollet (ÉAU), Raphaël Canet (FSM 2016)
17h00 à 19h00
Salle Investissement Québec
5 à 7 Réseautage : Échanges avec les invités
Mercredi 5 octobre
9h30 à 11h00
Salle Investissement Québec
Collectivités inspirées
Panel: Projet Tapiskwan : la gestion et le design dans une communauté Atikamekw
Animation: Marlei Pozzebon (HEC Montréal)
Invités: Anne Marchand (Designer industriel), Karine Awashish (CSSSPNQL), Christian Coocoo (Conseil de la Nation Atikamekw), Solen Roth (post-doctorante Université de Montréal), Renata Marques Leitao (Université de Montréal)
11h00 à 11h15 PAUSE
11h15 à 12h45
Salle Investissement Québec
OU
Salle Tata
Option 1 | Atelier: Rêver à un autre entrepreneuriat : exemples des communautés autochtones
Intervenants: Fabio-Prado Saldanha (diplômé HEC Montréal), Anne Gauthier (diplômée HEC Montréal) et Solen Roth (post-doctorante Université de Montréal)
OU 
Option 2 | Atelier: Monnaie locale : raison d’être et exemples d’applications
Intervenants: Amel Zaazaa, Abdelhamid Maïza, Bruno Gadrat, Karim-Tarek (Collectif Une monnaie pour Montréal)
12h45 à 13h45 DÎNER-CAUSERIE
13h45 à 15h15
Salle Investissement Québec
Organisations inspirées
Panel: Pratiques de gestion alternative au sein d’organisations d’innovation sociale montréalaises
Animation: Martine Vézina (HEC Montréal)
Invités: Laurent Levesque (UTILE), Vincent Chapdelaine (Espace Temps), Nicolas Langelier (Atelier 10), Lydia Tetyczka (Percolab)
15h15 à 15h30 PAUSE
15h30 à 17h00
Salle Investissement Québec
OU
Salle Tata
Option 1 | Atelier: Gouvernance participative, outils et réflexions
Intervenants: Johanne Turbide (HEC Montréal) et Laurent Levesque (UTILE)
OU
Option 2 | Atelier: Financement participatif, dynamique et création de valeur
Intervenante: Fannie Couture (HEC Montréal)
Jeudi 6 octobre
9H30 à 11H
Salle TATA
À quoi ressemble une carrière en innovation sociale ?
Panel: Diplômés.es de HEC Montréal impliqués.es en innovation sociale
Animation : George Krump (étudiant HEC Montréal)
Invités: Gaëlle Généreux (Temps Libre), Matthew Chapman (Montreal Climate Action), Rym Lamrani (Chantier d’économie sociale) et Geneviève Rousseau (Bonapp)
11h00 à 11h15 PAUSE
11h15 à 12h45
Salle Investissement Québec
Atelier | Méditer pour devenir de meilleurs gestionnaires : de la théorie à la pratique 
Atelier organisé avec la Chaire en marketing des services et expérience-client 
Intervenants : Jonathan Deschênes (HEC Montréal), Yany Gregoire (HEC Montréal) et moine bouddhiste Jason Simard (Centre de méditation bouddhiste Paramita de Montréal)
12h45 à 13h45 DÎNER-CAUSERIE
13h45 à 15h15
Salle Investissement Québec
Individus inspirés
Panel: Comment accroître son pouvoir d’agir ? Récits de vie et expériences personnelles
Animation: Pénélope Codello (HEC Montréal)
Invités: Phédia Gottot(Concert’Action Lachine), Sonya Girard (NDG Transition) et Graham Calder (P3 Permaculture)
15h15 à 15h30 PAUSE
15h30 à 17h00
Salle Investissement Québec
Atelier | Leadership participatif
Animation: Phédia Gottot (Concert’Action Lachine) et Jonathan Jubinville (Matière brute)
17h00 à 19h00
Salle Investissement Québec
Clôture
Que retient-on ? Activités d’échanges entre les participants.tes
Animation: Sacha Ghadiri (HEC Montréal)

Imprimer la programmation

Cette deuxième édition est rendue possible grâce à la collaboration de la direction du développement durable (DDD) et CRISES-HECainsi qu’à une subvention de la Fondation de la famille J.W. McConnell (programme RECODE) pour le projet « Zone de l’innovation sociale à HEC Montréal ».

La 2e édition de la semaine d’innovation sociale à HEC Montréal est le résultat d’échanges, de réflexions et du travail de collaboration des membres du Comité de promotion de la zone d’innovation sociale. Ils vous proposent une programmation ambitieuse sur les modes de gestion alternatifs comme catalyseurs de transformation sociale. Les participants.es pourront se familiariser avec des modes de gestion novateurs qui sont ouverts, souples et collaboratifs.

***

La programmation se déploie à trois niveaux d’action: les collectivités, les organisations et les individus. Ces trois niveaux sont interreliés mais l’analyse distincte de chacun permettra aux participants.es d’explorer plus en profondeur des modes de gestion diversifiés. L’objectif est de favoriser les échanges sur les façons d’augmenter le pouvoir d’agir des collectivités, des organisations et des individus afin de participer pleinement aux transformations positives de la société qui nous entoure.

Objectifs:

  • Favoriser les échanges sur les façons d’augmenter le pouvoir d’agir des collectivités, des organisations et des individus afin de participer pleinement aux transformations positives de la société qui nous entoure.
  • Encourager et promouvoir la gestion alternative et son rôle de catalyseur de la transformation sociale
  • Créer un lieu de réflexion et de partage de connaissances et de compétences entre les acteurs de la communauté HEC et de la communauté montréalaise
  • Permettre un lieu de rencontre et promouvoir le réseau de l’innovation sociale et de l’entrepreneuriat social montréalaise.

Cet évènement ouvert au public se veut un lieu de réflexion et de partage de connaissances entre les acteurs de la communauté HEC, ceux de la communauté élargie du grand Montréal et d’ailleurs. Panels et ateliers s’enchaîneront afin de permettre aux participants d’approfondir les sujets, le tout animé par des professeurs.es et étudiants.es de HEC Montréal ainsi que des intervenants.es du terrain.

Les 3 niveaux

Collectivités
Un panel de discussion sur le projet Tapiskwan, qui vise la transformation sociale au sein des communautés de la nation Atikamekw Nehirowisiwok lancera le niveau des collectivités. Ce projet a l’ambition de promouvoir l’art autochtone comme outil d’autodétermination, de développement, d’affirmation identitaire et de bien-être. À partir de ce cas particulier, les participants seront amenés à réfléchir aux modes de gestion comme outil de développement collectif. Afin d’approfondir le sujet, deux ateliers seront aussi proposés aux participants.tes, un sur le potentiel et les pièges de la marchandisation de l’art comme outil de développement des communautés autochtones et un autre sur la création de synergie collective.

Organisations
Au niveau de l’organisation, les participants.es découvriront comment l’adoption de certains modes de gestion permet aux organisations d’être des parties prenantes d’un mouvement de transformation sociale. En effet, l’organisation, par sa structure et ses codes, apparaît parfois comme statique et il est difficile d’imaginer comment elle arrive à prendre part à de tel mouvement. Les participants.es exploreront les thèmes de la gestion ouverte des organisations, du travail en partenariat, de la gouvernance participative et du socio financement.

Individu
Au dernier et troisième niveau, on s’intéresse à l’individu, à son influence sur son environnement et à comment il peut contribuer à la transformation sociale. Comment peut-on augmenter notre pouvoir d’agir ? Il est plus simple de trouver des barrières limitatives à notre pouvoir d’agir : manque de ressources, structures bureaucratiques, conjoncture non propice au changement, etc. Or, par le biais de cette session, nous proposons plutôt d’explorer des pistes de solution et de déconstruire certaines croyances. L’identification des marges de manœuvre dans son environnement pour faire avancer notre cause sociale est un exemple de pistes de solutions ainsi que les bienfaits de la méditation.

Membres du comité organisateur

Penelope Codello
Jean-François Simoneau
Julie Soriano
Fabio-Prado Saldanha
Martine Vezina
George Krump
Karine Belzile-Lachapelle
Abrielle Sirois-Cournoyer
Ambre Fourrier
Erika-Pascale Gaudreault
Amadea Camozz
Marie-Renée Lambert
Gorana Govedarica
Yves-Marie Abraham
Sacha Ghadiri
Marlei Pozzebon

Détails de la programmation 2016

Mot de bienvenue

jacques-robertJacques Robert, Directeur associé à la valorisation et au transfert – HEC Montréal.

_MG_3319-09

Johanne Turbide, responsable du Pôle IDEOS et directrice du Développement Durable – HEC Montréal. 
Johanne Turbide est professeure titulaire au département des sciences comptables de HEC Montréal, elle est fondatrice et directrice du pôle IDEOS, directrice du développement durable – HEC et responsable du Groupe de recherche sur les organismes à but non lucratif, communautaires ou culturels. Elle est membre de la Chaire de gestion des arts et rédactrice en chef de la revue International Journal of Arts Management. Elle a présidé le CA d’Espace Verre en plus de siéger sur les CA de Dynamo – Ressources en mobilisation des collectivités, de la Fondation du Dr Julien et du Conseil des arts. Johanne Turbide a élaboré plusieurs travaux de recherche portant sur la gestion stratégique et financière des organismes culturels ou communautaires. Elle a participé au développement et à la mise en œuvre d’outils de gestion adaptés à ces organismes.

photo-chad_lubelskyChad Lubelsky, directeur de programme Fondation de la famille J.W. McConnell. Chad est le directeur du programme RECODE qui offre des possibilités d’entrepreneuriat en innovation sociale à des étudiants de collèges et d’universités pour les inciter à devenir des moteurs de progrès et de changement. Chad joue aussi le rôle de mentor à la Fondation canadienne des bourses de mérite et siège au conseil d’administration de l’Abri en ville, un organisme montréalais en santé mentale.

Avant de se joindre à la fondation, Chad était directeur général du Santropol Roulant. Il a élaboré des programmes de leadership et de participation communautaire pour la Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire; travaillé à titre de responsable des affectations pour NBC News à San Francisco et géré le travail de plaidoyer sur les droits relatifs à l’internet à l’échelle mondiale pour l’Association for Progressive Communications établie en Afrique du Sud. Il a aussi été administrateur fondateur de la Fondation formidable de Montréal. Chad détient un baccalauréat en communication et deux maîtrises, l’une en communication et l’autre en leadership.

my-pic

Gorana Govedarica, coordonnatrice de la Semaine d’innovation sociale – HEC Montréal, édition 2016.
Gorana est finissante à la maîtrise en Gestions en contexte d’innovations sociales d’HEC Montréal et son mémoire porte sur les initiatives locales en alimentation. Elle est passionnée par la nature, la terre et comment contribuer à un système alimentaire plus soutenable. Après presque dix ans d’expérience en gestion, Gorana a fait un retour à l’école pour poursuivre ses intérêts profonds en innovation sociale et en économie sociale.  Elle souhaite contribuer à la transformation sociale par son implication dans le mouvement de Ville en transition, de permaculture et du système alimentaire local.

Description du thème du panel «Transformation sociale, vers quoi et comment ? Vision et gestes concrets»

Pour ouvrir les travaux de la semaine d’innovation sociale, nous aurons avec nous quatre personnes qui aspirent, chacune à leur façon, à transformer la société. Elles ont une vision sur comment doit se faire cette transformation et disposent de moyens différents pour agir.

Émilie Nollet traduit cette vision au sein d’une entreprise, ÉAU, dont elle est la co-fondatrice. C’est une entreprise qui a le désir de rendre accessible à tous une alimentation locale de qualité. Manon Massé est députée du parti politique Québec solidaire à l’Assemblée nationale et par son implication dans le milieu communautaire et maintenant politique, elle défend la justice sociale et les droits des femmes, des communautés LGBTQ, des personnes réfugiées, des immigrants.es. Yves-Marie Abraham œuvre dans une grande institution d’enseignement: il est professeur au département de management à HEC Montréal et propose une vision critique de la croissance économique. Raphael Canet est aussi actif dans une université et dans les mouvements sociaux. Il est  professeur à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa et co-coordonnateur du Collectif d’organisation du Forum social mondial 2016.

Les panelistes échangeront sur leur vision de la transformation sociale et sur comment des gestes concrets et des modes de gestion alternatifs peuvent contribuer à faire évoluer la société.  L’assistance aura l’opportunité de poser des questions à nos invités.

Animé par Line Pagé

line-pageLine Pagé est journaliste depuis près de 40 ans. Elle a travaillé pendant 35 ans à la Société Radio-Canada tant à la radio qu’à la télévision. Elle a été rédactrice en chef et puis première directrice du Service de l’information de la radio de Radio-Canada de 2006 à 2014. Elle est actuellement chargée de cours en journalisme à l’Université de Montréal et préside le Prix Lizette-Gervais pour la relève en journalisme. Elle a été nommée en 2015 femme de mérite du YWCA dans le secteur des communications.

Invités du panel:

Yves-Marie Abraham, Abraham_YvesMarieProfesseur agrégé, Département de management, HEC Montréal.
Professeur agrégé au département du management à HEC Montréal et responsable de la spécialisation « Gestions en contexte d’innovations sociales » à la M.Sc, Yves-Marie Abraham enseigne et mène des recherches dans le domaine de la sociologie de l’économie. Ses travaux sur les fondements sociaux de la réalité économique l’ont amené à s’intéresser de près  à l’«objection de croissance ». Il a créé l’un des premiers cours universitaires concernant la « décroissance soutenable ».

manon-masseManon Massé, députée de Québec Solidaire à l’Assemblée Nationale. Manon Massé est impliquée depuis les années 1980, tant comme militante que comme travailleuse, dans les milieux féministes, communautaires et altermondialistes. Elle a notamment été l’une des organisatrices de la Marche des femmes contre la pauvreté « Du pain et des roses » en 1995 et elle a co-organisé la Marche mondiale des Femmes en 2000. À l’été 2011, Manon Massé participe à la Flottille de la Liberté II et représente Québec solidaire à bord du Bateau canadien pour Gaza, projet humanitaire qui visait à briser le blocus par Israël de la Bande de Gaza. Depuis avril 2014, Manon Massé est députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques à l’Assemblée nationale du Québec pour le parti Québec solidaire.

raphael-canetRaphael Canet, co-coordonnateur général du Collectif d’organisation du Forum social mondial -2016. Raphael est sociologue et professeur à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Il est titulaire d’un PhD en sociologie de l’Université du Québec à Montréal et d’un doctorat en sciences sociales de l’Université de Paris-4 Sorbonne. Il est aussi diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence (science Po). Ses recherches portent sur la mouvance altermondialiste et la dynamique des forums sociaux. Il a participé à tous les forums sociaux mondiaux depuis 2004 (Mumbai-2004, Porto Alegre-2005, Caracas-2006, Nairobi-2007, Belém-2009, Dakar-2011, Tunis-2013, Sarajevo-2014, Tunis 2015).

Dans une perspective de recherche-activiste, il a aussi contribué activement au processus organisationnel des deux Forums sociaux québécois (2007 et 2009). Membre du collectif UNIAlter, il coordonne depuis plusieurs années, en collaboration avec diverses organisations de la société civile, des délégations québécoises afin de participer à des événements militants internationaux (Forums sociaux, Sommets des peuples). Il a été co-coordonnateur général du Collectif d’organisation du Forum social mondial qui a eu lieu en août 2016 à Montréal. Le FSM 2016 fut le premier à être organisé dans un pays du Nord. Il a rassemblé 35 000 participants pour près de 1500 activités.

emilie-nolletÉmilie Nollet, cofondatrice d’ÉAU. Parce qu’elle aime bien le travail et la recherche, elle poursuit en plus un doctorat en management à HEC Montréal. Elle est détentrice d’un cours de design en permaculture, qui lui a été particulièrement utile lorsqu’elle a oeuvré, de 2012 à 2015, à la conception et à la mise sur pied du projet institutionnel d’agriculture urbaine Hectare urbain à HEC Montréal.

Les recherches d’Émilie se centrent sur la lutte contre l’exclusion sociale à travers les systèmes alimentaires durables et sa thèse suit de près l’évolution d’ÉAU. Son désir de rendre accessible à tous une nourriture locale de qualité la motive au plus haut point à travailler pour faire d’ÉAU un acteur important de la sécurité alimentaire des milieux urbains. Elle désire faire d’ÉAU un partenaire de choix pour les organisations citoyennes locales préoccupées par les enjeux alimentaires.

Panel | Projet Tapiskwan: La gestion et le design dans une communauté Atikamekw

Description 

Le projet Tapiskwan vise à promouvoir l’art autochtone comme outil d’autodétermination, de développement, d’affirmation identitaire et de bien-être. Ce projet est le fruit d’une collaboration entre le Conseil de la Nation Atikamekw Nehirowisiwokl’École de design de l’Université de Montréal, et HEC Montréal.

En utilisant la création comme vecteur de transformation sociale, cette initiative s’appuie sur un dialogue constant entre la tradition et l’innovation. Les connaissances de design et gestion sont mobilisées pour faciliter les processus d’innovation au sein de communautés de la Nation Atikamekw Nehirowisiwok, l’une des 11 Premières Nations du Québec.

Ce panel a comme but de présenter des enjeux entourant le projet, dont des questions sur les rapports privilégiés entre la culture et le design, ainsi que sur les défis et opportunités de l’entrepreneuriat en milieu autochtone.

En plus des professeurs et étudiants de HEC Montréal impliqués dans le projet, la table ronde comptera avec participation des membres de la nation atikamekw et de l’École de design d’UdeM.

Animé par Marlei Pozzebon

Pozzebon Marlei-300Professeure titulaire au département d’affaires internationales, HEC Montréal. Marlei Pozzebon est professeure titulaire à HEC Montréal. Quelques mots-clés de sa recherche sont : innovation sociale, changement social, créativité citoyenne, pos-développement et dialogue global-local. Ses intérêts de recherche sont liés à la relation entre technologie et société et sur les possibilités de mieux comprendre et promouvoir le changement social en utilisant des approches théoriques basées sur la pratique et les méthodes de recherche qualitative.

Invités du panel:

anne-marchandAnne Marchand, Professeure agrégée, Ecole de design, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal. Anne Marchand est designer industriel de formation et détient un doctorat en design de l’environnement (University of Calgary). Elle s’intéresse à la consommation culturelle comme nouvelle manifestation de la consommation responsable et à la mise en valeur du patrimoine à travers le design et l’innovation.

karine-awashish

Karine Awashish, Co-fondatrice Coop Nitaskinan. Mme Karine Awashish, est originaire de la communauté atikamekw d’Opitciwan. Titulaire d’une maîtrise en loisir, culture et tourisme (UQTR) et d’un baccalauréat en administration des affaires (UQAM), elle cumule des expériences professionnelles dans le domaine du développement social, culturel et économique des Premières Nations au Québec depuis plus de 15 ans.  En 2015, elle co-fonde Coop Nitaskinan, une coopérative de travail qui permet le développement et la réalisation de projets collectifs à caractère social, culturel et économique sur le Nitaskinan, territoire de la Nation Atikamekw. Conseillère en économie sociale auprès des Premières Nations à la CSSSPNQL depuis 2013, elle se consacre au développement global et à la promotion de l’économie sociale auprès des Premières Nations du Québec, une économie sociale empreinte des caractéristiques et des particularités culturelles de ce milieu.

christian-coocoo

Christian Coocoo, Coordonnateur des services culturels, Conseil de la Nation Atikamekw. Christian Coocoo travaille activement à la valorisation et à la pérennisation de la culture de sa Nation.  À titre de coordonnateur culturel au Conseil de la Nation Atikamekw, il initie et coordonne des d’activités de documentation, de transfert et de rayonnement des savoirs et savoir-faire traditionnels.

solen-roth2Solen Roth, Stagiaire au post-doctorat, École de design, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal. Solen Roth est une anthropologue spécialisée en culture matérielle et relations interculturelles. Elle a obtenu une maîtrise l’Université Louis Lumière de Lyon, et un doctorat de University of British Columbia à Vancouver. Sa thèse porte sur le marché de l’art autochtone au Canada, et plus particulièrement sur la commercialisation de l’art de la côte nord ouest. Depuis janvier 2015, elle est stagiaire au post-doctorat à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

renata-marques-leitao

Renata Marques Leitao, candidate au doctorat, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal. Renata Marques Leitão est designer graphique et candidate au doctorat en aménagement à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux processus d’innovation sociale à travers le design. D’origine brésilienne, elle est titulaire d’une maîtrise en Design & Complexité (Université de Montréal) et d’un baccalauréat en design graphique (Universidade Mackenzie, São Paulo).

Option 1 | Atelier « Rêver à un autre entrepreneuriat : Exemples des communautés autochtones »

Description

En s’intéressant aux exemples de la coop Nitaskinan et à un mouvement coopératif dans la communauté du Nunavik, cet atelier propose de réfléchir à d’autres manières d’entreprendre, notamment de façon plus collective. L’atelier fera aussi découvrir aux participants le marché des produits autochtones de l’Ouest canadien qui est un modèle de redistribution des richesses en voie « d’autochtonisation ».

Intervenants:

fabio-prado-saldanha

Fabio Prado Saldanha, candidat au doctorat en management à HEC Montréal. Fabio Prado Saldanha est un professionnel de communication, ayant plusieurs années d’expérience dans le domaine tant au Québec qu’au Brésil. Il est titulaire d’une maitrise en Management des entreprises culturelles (HEC Montréal) et d’un baccalauréat en communications (FAAP, São Paulo, Brésil). Québécois d’origine brésilienne, il s’intéresse aux approches critiques et discursives abordant les innovations et technologies sociales.

solen-roth2Solen Roth, Stagiaire au post-doctorat, École de design, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal. Solen Roth est une anthropologue spécialisée en culture matérielle et relations interculturelles. Elle a obtenu une maîtrise l’Université Louis Lumière de Lyon, et un doctorat de University of British Columbia à Vancouver. Sa thèse porte sur le marché de l’art autochtone au Canada, et plus particulièrement sur la commercialisation de l’art de la côte nord ouest. Depuis janvier 2015, elle est stagiaire au post-doctorat à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

anne-gauthier Anne Gauthier détient un baccalauréat en Études internationales de l’Université de Montréal. Elle est bientôt diplômée de la maîtrise Gestions en contexte d’innovations sociales à HEC Montréal. Sa thèse porte sur le rôle des coopératives dans le développement des communautés inuit du Nunavik. Elle s’intéresse particulièrement aux organisations collectives comme outils de transformation sociale. D’ailleurs, Anne aspire à user de son expertise pour soutenir les initiatives visant un mode de vie plus juste, égalitaire et solidaire.

Option 2 | Atelier « Monnaie locale : Raison d’être et exemples d’applications »

Description

Cet atelier, animé par le collectif Une Monnaie pour Montréal, commencera par poser les bases et expliquer la genèse et le fonctionnement des monnaies locales dans le monde pour ensuite rapporter l’impact économique et social mesuré depuis leur création. Cette partie de la présentation sera illustrée par des exemples.

En seconde partie, le collectif présentera d’une manière interactive son initiative et expliquera son mode organisationnel ainsi que les valeurs portés à travers ce projet.

Intervenants: 

amelzaazaa

Amel Zaazaa est détentrice d’un diplôme de maitrise en Hautes Études Commerciales (HEC) et d’un DEA en Firmes et marchés européens à l’ESSEC, elle a travaillé près de dix ans dans la coopération culturelle et artistique et sur des projets de la société civile entre la France et la Tunisie. Elle est actuellement directrice des communications au Théâtre Aux Écuries à Montréal, un incubateur des pratiques alternatives géré par un collectif de 9 artistes. Elle est impliquée dans plusieurs initiatives qui oeuvrent à créer des alternatives sociales et solidaires dont le premier Forum social de quartier Hoodstock et le collectif Une Monnaie pour Montréal.

abdelhamid-maiza

Abdelhamid Maïza est membre du comité créateur d’Une Monnaie pour Montréal, il est également impliqué dans plusieurs initiatives d’économie solidaire. Il est actuellement vice-président de l’Accorderie d’Hochelaga-Maisonneuve, facilitateur du comité «Économies alternatives sociales et solidaires» du FSM 2016 et membre actif de l’organisme Parole d’excluEs.

brunogadrat

Bruno Gadrat, a une formation multidisciplinaire.  Il a travaillé pour diverses institutions liées à l’aménagement et à l’enseignement. Il est actuellement en pratique privée. Il s’implique dans la communauté, urbanisme, commerce, environnement. Actuellement, il s’intéresse à la mise en oeuvre pratique de tout ce qui permet de garantir le développement durable.

tarekkarim

Karim-Tarek détient un diplôme d’ingénieur de l’école nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace à Toulouse, France (Sup’Aéro), ainsi qu’un diplôme de maitrise de l’INRS Telecom de Montreal. Ces 25 dernières années, il a travaillé dans l’industrie des télécommunications en France (Steria – Paris), aux ÉU (Tekelec, Chicago) et au Québec (Ericsson et Rogers, Montréal). Il fait partie du premier noyau de citoyens qui ont initié le projet une Monnaie pour Montréal.

Panel | Pratiques de gestion alternative au sein d’organisations d’innovation sociale montréalaises

Description

L’innovation sociale, vue sous l’angle des organisations, prend deux formes soit l’innovation dans leur mode de fonctionnement et le caractère innovateur des effets qu’elles génèrent sur les individus, les communautés et la société plus généralement. Des pratiques de gestion socialement innovantes viseront ainsi à accroître la capacité d’agir des individus dans et autour de l’organisation de même qu’elles permettront de générer des effets positifs sur les groupes et les communautés les plus exclus. De ce point de vue, l’organisation doit être vue comme un outil de la transformation sociale, un moyen et non pas comme une finalité. Ces organisations se distingueront par des modes de gouvernance et de gestion démocratiques et participatifs intégrant les parties prenantes au processus de décision. La délibération, la consultation, des processus d’essais et erreurs caractériseront leur dynamique tant interne qu’externe.

Animé par Martine Vézina

martine.vezina

Professeure agrégée au département de management, HEC Montréal.
Martine Vézina est professeure agrégée au département de management à HEC Montréal. Ses enseignements portent sur le management de l’entreprise sociale et collective. Depuis plus de vingt-cinq ans, ses recherches portent sur les organisations collectives (associations et coopératives) et leurs spécificités de gestion. Elle s’intéresse à leur développement dans une double poursuite de pérennité économique et de conformité à leur projet de transformation sociale. Dans ses travaux plus récents, elle étudie l’innovation sociale aux différentes phases d’évolution de l’organisation collective et en particulier au stade de son institutionnalisation. Elle travaille en outre sur le management de l’innovation sociale dans le domaine de la finance solidaire et de l’agro-alimentaire. Martine Vézina est directrice adjointe du CRISES. Elle siège à diverses instances d’organismes de recherche et de transfert (CIRIEC-Canada, TIESS, Centre for Co-operative Studies U. of Saskatchewan) ainsi que sur des comités/conseils d’administration d’entreprises collectives notamment en sécurité alimentaire et en itinérance.

Invités du panel: 

laurent-levesque

Laurent Levesque, cofondateur et coordonnateur général de UTILE. L’UTILE une entreprise de développement immobilier communautaire fondée en 2012. Il a auparavant été impliqué dans différents projets et mouvements sociaux. Détenteur d’un baccalauréat en urbanisme de l’ESG-UQAM et d’un programme de deuxième cycle en Gestion du développement économique urbain, il étudie présentement à la maîtrise en gestion à HEC Montréal.

vincent-chapdelaine

Vincent Chapdelaine, directeur général d’Espaces temps. Espaces temps est une entreprise qui développe des projets d’innovation sociale qui contribuent à la circulation de l’information et des connaissances. Depuis 2009, Espaces temps a notamment participé à la création de la coopérative numérique Territoires, la coopérative immobilière Temps libre, l’organisme d’édition Microfiches, et l’entreprise technologique Manivelle. Ses projets visent à créer du lien social et dynamiser les villes et territoires par la mise en circulation de l’information et des connaissances.

nicolas-langelierNicolas Langelier, fondateur et rédacteur en chef de Nouveau Projet. Nouveau Projet est un magazine de l’année au Canada en 2015. Avec Atelier 10, l’entreprise sociale certifiée B Corporation qu’il a aussi fondée, il travaille au développement de projets nous permettant de mieux comprendre les enjeux de notre époque, de prendre part activement à la vie de notre société et de mener une existence plus signifiante et satisfaisante.

lydia-tLydia Tetyczka, associée chez percolab. Lydia est diplômée en gestion et spécialisée en responsabilité sociale des entreprises de l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de Paris, Lydia Tetycka est nouvellement membre-associée au sein de la coopérative percolab. Depuis plus de 5 ans, elle s’implique dans le milieu de l’innovation sociale en accompagnant des entrepreneurs dans les premières étapes de démarrage de leurs entreprises par le biais des cercles d’apprentissage et des méthodes d’intelligence collective à l’échelle du Québec. Elle a coordonné l’organisme Troc-tes-Trucs et accompagné plus des dizaines de projets innovants avec différents partenaires tels que le SAJE Accompagnateur d’entrepreneurs, le YMCA, la SOCODEVI et COOPSCO.

Option 1 | Atelier « Gouvernance participative, outils et réflexions »

Description

Ramener les humains au sein des décisions dans une entreprise sonne sensible, mais amène évidemment son lot de défis et de complexités. S’intéresser à la gouvernance démocratique, c’est découvrir un monde de pratiques et de modèles très varié, sans compter les hybridités. Pour commencer, gouverner différemment implique nécessairement que les entrepreneurs partagent le pouvoir avec d’autres parties prenantes. Mais serait-il possible qu’il s’agisse d’un système avantageux, d’un point de vue pas juste sociétal mais aussi d’affaires? Nous explorerons le sujet avec une professeure et un entrepreneur.

Intervenants:

_MG_3319-09

Johanne Turbine, responsable du Pôle IDEOS et directrice du Développement Durable – HEC Montréal. Professeure titulaire au département des sciences comptables de HEC Montréal, Johanne Turbide est fondatrice et directrice du pôle IDEOS, directrice du développement durable – HEC et responsable du Groupe de recherche sur les organismes à but non lucratif, communautaires ou culturels. Elle est membre de la Chaire de gestion des arts et rédactrice en chef de la revue International Journal of Arts Management. Elle a présidé le CA d’Espace Verre en plus de siéger sur les CA de Dynamo – Ressources en mobilisation des collectivités, de la Fondation du Dr Julien et du Conseil des arts. Johanne Turbide a élaboré plusieurs travaux de recherche portant sur la gestion stratégique et financière des organismes culturels ou communautaires. Elle a participé au développement et à la mise en œuvre d’outils de gestion adaptés à ces organismes.

laurent-levesque

Laurent Levesque, cofondateur et coordonnateur général de UTILE. L’UTILE une entreprise de développement immobilier communautaire fondée en 2012. Il a auparavant été impliqué dans différents projets et mouvements sociaux. Détenteur d’un baccalauréat en urbanisme de l’ESG-UQAM et d’un programme de deuxième cycle en Gestion du développement économique urbain, il étudie présentement à la maîtrise en gestion à HEC Montréal.

Option 2 | Financement participatif, dynamique et création de valeur »

Description

Le Crowdfunding (financement participatif ou sociofinancement) et un outil de financement de plus en plus utilisé par une multitude d’acteurs. Cet atelier vise à explorer cet outil ainsi qu’à échanger sur les meilleures stratégies à déployer afin de réaliser une campagne réussie.

Intervenante:

fanny-coutureFannie Couture  détient une expertise en gestion stratégique ainsi qu’en innovation sociale. Ayant travaillé pendant plusieurs années dans le secteur communautaire à Montréal, elle a su développer des compétences en gestion de projets, en relation publique ainsi qu’en évaluation de la performance organisationnelle. Récemment diplômée à la Maîtrise en stratégie et auxiliaire de recherche à HEC Montréal, Fannie a rédigé une thèse sur le sociofinancement comme stratégie financière des OBNL. Travailleuse sociale de formation, elle s’intéresse aux transformations sociales ainsi qu’aux moyens de pérenniser les innovations sociales.

À quoi ressemble une carrière en innovation sociale ?

Description

Qu’est-ce qui distingue ce secteur de travail de tous les autres ? Est-il possible de s’y préparer pour mieux affronter les défis ou embrasser les opportunités ? Quel rôle la formation joue-t-elle dans cette préparation ?  Quatre témoignages d’expériences vécues. Des réponses qui surprendront peut-être.

Animé par George Krump

georges-krump

George Krump évolue dans le milieu du théâtre et de la danse depuis vingt-sept ans. Après des études en théâtre, il a œuvré pendant une quinzaine d’années comme comédien, marionnettiste, auteur, traducteur, médiateur culturel pour des compagnies francophones et anglophones, avant de se consacrer à la gestion culturelle et à la consultation. Il a occupé des postes de direction générale pour des compagnies de création et de production en théâtre et en danse, et aussi pour un diffuseur pluridisciplinaire, le Théâtre La Chapelle. Son parcours éclectique a fait en sorte qu’il est aujourd’hui reconnu pour sa connaissance fine de la chaîne création-production-diffusion en arts de la scène. Il poursuit actuellement des études de maîtrise en sciences de la gestion à HEC Montréal avec un mémoire qui porte sur les modèles organisationnels atypiques dans le milieu de la danse.

Invités du panel:

gaelle-genereuxGaëlle Généreux, directrice et co-fondatrice de la coopérative Temps libre. Issue d’un parcours en anthropologie, Gaëlle Généreux est titulaire d’une M.Sc en Gestions en contexte d’innovations sociales d’HEC Montréal. Elle est la cofondatrice et directrice générale de la Coopérative de solidarité Temps libre qui a pour mission d’ouvrir des espaces publics intérieurs neutres et non commerciaux favorisant les échanges et les rencontres. Elle a également évolué dans le monde de l’innovation sociale comme chargée de projet chez Espaces temps, une OBNL qui contribue à la circulation de l’information et des connaissances et dans différents organismes publics au Québec et au Mexique.

genevieve-rousseau

Geneviève Rousseau, fondatrice de BonApp. Geneviève, une jeune femme passionnée et ambitieuse, a toujours su être une leader impliquée dans divers projets. La jeune diplômée du HEC ayant gradué en marketing et en développement durable, a su développer son expérience en stratégie d’entreprise grâce à son implication dans de nombreuses compétitions académiques internationales et grâce à son poste en tant qu’analyste stratégique dans une agence de marketing. Elle a aussi travaillé en gestion de projet à Desjardins, ce qui lui a permis d’acquérir l’expérience nécessaire pour mener BonApp, son tout dernier « passion project » né lors d’un stat-up week-end en mars 2015, qui s’est rapidement transformé en startup sociale. BonApp vise à réduire le gaspillage alimentaire en permettant à tous de prendre action. Suite au succès de sa campagne de socio financement, la fondatrice a hâte d’installer le réseau de 5 frigos à travers Montréal permettant à tous d’offrir et de prendre gratuitement des fruits, légumes et produits scellés encore bons. Bien qu’il s’agisse d’un modèle innovant faisant face à quelques barrières et difficile à rendre économiquement viable, plusieurs en sont inspirés et invitent Geneviève à venir partager son expérience.

matthew-chapmanMatthew Chapman, membre actif de Action Climat Montréal. Matthew s’amuse sans fin à trouver des façons de lutter contre l’injustice et la croyance dans la croissance infinie. Son expérience dans le domaine des Beaux Arts, de l’éducation et du commerce international a formé sa vision des défis et opportunités qui font face à notre société. Il est passionnément engagé pour que le Canada profite de son potentiel en durabilité et commence une transition réelle vers un futur plus sain, plus efficace et plus durable.

rymRym Lamrani, chargée de projet au Chantier de l’économie sociale. 
Rym croit que l’innovation sociale et l’entrepreneuriat collectif contribuent à l’émergence d’un nouveau modèle de développement, plus solidaire et égalitaire.Elle s’intéresse au rôle que peuvent jouer les entreprises collectives et sociales dans la réduction des inégalités. Depuis 2011, elle travaille au Chantier de l’économie sociale où elle occupe différentes fonctions, allant des communications au développement de projets en passant par les relations internationales. Elle est diplômée d’une maîtrise en Chimie bioorganique et a complété sa formation par un DESS en gestion et développement durable à HEC Montréal. Pendant son temps libre, elle travaille également à développer l’économie sociale et solidaire au Maghreb.

Atelier | Méditer pour devenir de meilleurs gestionnaires : de la théorie à la pratique

Description

Cet atelier se veut un cours d’initiation à la méditation. En mélangeant théorie et pratique, il démontrera la valeur et l’importance de la méditation pour les gestionnaires actuels et futurs. Pour ce faire, un bref exposé de la littérature scientifique sur la méditation sera présenté et sera complété d’exercices pratiques afin de familiariser les participants avec certaines techniques de base de la méditation. Afin d’animer cet atelier, Jonathan Deschenes et Yany Grégoire, tous deux professeurs à HEC Montréal, seront accompagnés de Jason Simard, un moine bouddhiste tibétain du Centre Paramita de Montréal.

Atelier organisé avec la Chaire en marketing des services expérience-client.

Intervenants:

Jonathan Deschênes

Jonathan Deschenes, Professeur agrégé au département de marketing, HEC Montréal.  Il est membre exécutif et co-fondateur du Pôle IDEOS. Ses travaux portent principalement sur le marketing des OBNL, la professionnalisation du tiers secteur, la collecte de fond de tierce partie et la réciprocité du don caritatif au Canada et en Chine.

yany-gregoire

Yany Grégoire, Professeur associé, HEC Montréal. Le professeur Grégoire est le titulaire de la Chaire en marketing des services et expérience-client à HEC Montréal. Il donne généralement des cours ayant une forte orientation managériale, tels que le Marketing des services et la Gestion de la relation sur les médias sociaux, et ce, à plusieurs niveaux (M. Sc., Formation des cadres et des dirigeants). Il a publié plusieurs articles sur les thèmes de la vengeance du consommateur et des comportements de plaintes en ligne des revues d’envergure, dont : Journal of MarketingJournal of Consumer PsychologyJournal of the Academy of Marketing Science et MIT Sloan Management Review.

jason-simard

Jason Simard (Tenzin Gawa) s’intéresse au bouddhisme depuis l’an 2000. En 2002, il rencontre le maître tibétain Lama Samten. Jusqu’en 2006, Jason accompagne Lama Samten dans ses cours, conférences, etc., et étudie la philosophie bouddhiste tibétaine auprès de lui. En 2004, il se rend pour la première fois en Inde durant quelques mois pour apprendre les rudiments de la langue tibétaine et recevoir les enseignements du Lamrim avec S.S. le Dalaï-Lama. En 2006, Il commence à donner des formations d’introduction à la philosophie bouddhiste tibétaine et à la méditation à Gatineau. En 2009, il se dirige vers la région de Montréal et, depuis 2010, il dirige le Centre Paramita fondé afin d’offrir des cours à la population du grand Montréal. Depuis, il continue son apprentissage de la langue tibétaine en faisant office de traducteur des livres écrits par Lama Samten et d’interprète lors de conférences. Il prend les vœux de moine en 2010 auprès de Guéshé Dawa en Inde et reçoit l’ordination auprès de S.S. Dalaï-Lama en 2014.

Panel | Développer son pouvoir d’agir : Récits de vie et expériences

Description

Développement du pouvoir d’agir des individus et des communautés

L’objectif est d’offrir un espace de réflexion et d’échange sur les déterminants du pouvoir d’agir. La notion de développement du pouvoir d’agir (empowerment) fait référence à la capacité des individus et des communautés à agir sur leur réalité et à la transformer. La question qui se pose est alors de savoir qu’est-ce qui permet le développement du pouvoir d’agir ? Cette question est au cœur des questionnements autour de l’innovation sociale et plus encore de la transformation sociale car il n’y a point de transformation sans le développement du pouvoir d’agir des acteurs.

Lors de cet atelier nous nous intéresserons à deux dimensions du développement du pouvoir d’agir :

– Celui des individus pour comprendre commun chacun peut développer son propore pouvoir d’agir et ainsi, à son niveau participer de la transformation sociale. « Sois le changement que tu veux voir dans le monde », Gandhi.

– Celui de l’accompagnement des communautés pour donner à voir des pratiques qui ont pour objectif le développement du pouvoir d’agir soit via des formations, des dispositifs particuliers.

Animé par Pénélope Codello

penelope.codello

Professeure à HEC Montréal et Gestalt coach. Formée depuis longtemps à la Gestalt thérapie à l’IFAS – Ecole humaniste de Gestalt (www.gestalt.fr), Pénélope Codello est Gestalt thérapeute en France et aujourd’hui Gestalt coach au Canada et en France également.

De formation universitaire, elle a un doctorat en management. Elle a exercé en tant que Maître de conférence à l’Université en France pendant plus de 15 ans et elle est actuellement Professeure à HEC Montréal. Pénélope Codello développe depuis plusieurs années des cours de coaching et de management d’équipe auprès d’étudiants et de managers en MBA/DESS/Master/BAA et afin de les accompagner dans leur projet professionnel et leur pratique professionnelle.

Invités du panel:

phedia-gottot

Phédia Gottot, coordonnatrice de Concert’Action Lachine. En tant que gestionnaire, Phédia Gottot se définit comme une créatrice de synergies collectives. Elle œuvre d’abord dans le domaine des arts de la scène et dans le monde de l’organisation d’événements et de congrès internationaux. En 2011, elle devient coordonnatrice de Concert’Action Lachine, un organisme dont la mission est de rassembler les forces vives de l’arrondissement Lachine – acteurs socio-économiques et politiques et citoyens – afin de les faire travailler ensemble à l’amélioration de la qualité de vie et des conditions de vie dans le quartier. C’est à ce titre qu’elle développe sa passion pour l’intelligence collective et le leadership participatif. Depuis, elle expérimente et développe son propre style de gestion inspiré du « Art of hosting » et des pratiques collaboratives. Elle a su développer une approche rassembleuse et holistique à la gestion opérationnelle et financière d’un organisme ainsi qu’à la mobilisation de ses parties prenantes à tous niveaux. Elle est aussi membre du conseil d’administration de l’Institut du Nouveau Monde, participante à la cohorte 2016 du Réseau Jeunes femmes leader du Comité Cravate roses de Concertation Montréal et co-animera, pour la deuxième fois, le profil Leadership participatif de l’école d’été 2016 de l’Institut du Nouveau Monde.

sonya-girard

Sonya Girard, coordonnatrice de la coopérative Transition – NDG. Sonya est diplomée en communauté et affaires publique & géographie humaine de l’université Concordia (2013). Elle est jardinière urbaine et co-fondatrice de la Coopérative de solidarité  Transition NDG. Elle s’intéresse depuis longtemps aux causes de la justice environnementale et sociale. Elle croit qu’en intégrant une approche holistique et participative ainsi qu’en tissant de solides relations humaines, ceci facilitera l’émergence de solutions créatives pour “guérir” les crises inter-reliées du changement climatique aux injustices économique & sociale. Sonya se considère comme une artisane de la transformation.

grahambw

Graham Calder a passé sa jeunesse sur une ferme de 75 acres, entouré par une foret dense, sur le bord de la mer en Nouvelle-Écosse au Canada. Il a reçu son baccalauréat avec une spécialisation en sciences humaines et une mineure en écologie à l’Université de Concordia de Montréal. En 2009, il a reçu son certificat de conception en permaculture à l’Institut Pacific Permaculture en Colombie-Britannique. Il a poursuit ses études en Australie où il a complété un stage mentoré par Geoff Lawton à l’Institut de Recherches en Permaculture de l’Australie (PRI), où il fut mandaté pour gérer la pépinière de M. Lawton. Il a fondé P3 Permaculture, une entreprise sociale avec pour mission de rendre l’éducation de la permaculture accessible par l’entremise d’échanges et de partenariats. Jusqu’à présent, Graham a initié et guidé plus de 18 certifications en permaculture, a eu le privilège de côtoyer de nombreux pionniers du domaine et a enseigné à plus de 300 élèves.

Atelier | Concevoir le leadership autrement

Description

Comment le leadership participatif peut amener ailleurs? – Gérer autrement pour des résultats différents

Créer une alternative au monde actuel ne demande pas que de bonnes idées, du leadership ou du courage, cela demande d’avoir la capacité de le faire ensemble.

Gérer autrement passe par une redéfinition de la gestion et du leadership, cela passe par un changement de culture à l’échelle collective et individuelle. Créer ensemble le monde de demain demande de passer d’une culture du héros à une culture du participant, d’une culture du sachant à une culture de l’apprenant.

Pendant cette heure et demie nous vous proposons d’explorer le leadership participatif comme une alternative aux modes de gestions traditionnels à travers un atelier expérientiel, ludique et participatif, à l’image de la culture que nous explorerons.

Intervenants: 

phedia-gottot

Phédia Gottot, coordonnatrice de Concert’Action Lachine. En tant que gestionnaire, Phédia Gottot se définit comme une créatrice de synergies collectives. Elle œuvre d’abord dans le domaine des arts de la scène et dans le monde de l’organisation d’événements et de congrès internationaux. En 2011, elle devient coordonnatrice de Concert’Action Lachine, un organisme dont la mission est de rassembler les forces vives de l’arrondissement Lachine – acteurs socio-économiques et politiques et citoyens – afin de les faire travailler ensemble à l’amélioration de la qualité de vie et des conditions de vie dans le quartier. C’est à ce titre qu’elle développe sa passion pour l’intelligence collective et le leadership participatif. Depuis, elle expérimente et développe son propre style de gestion inspiré du « Art of hosting » et des pratiques collaboratives. Elle a su développer une approche rassembleuse et holistique à la gestion opérationnelle et financière d’un organisme ainsi qu’à la mobilisation de ses parties prenantes à tous niveaux. Elle est aussi membre du conseil d’administration de l’Institut du Nouveau Monde, participante à la cohorte 2016 du Réseau Jeunes femmes leader du Comité Cravate roses de Concertation Montréal et co-animera, pour la deuxième fois, le profil Leadership participatif de l’école d’été 2016 de l’Institut du Nouveau Monde.

photo-bioJonathan Jubinville, fondateur de Matière Brute. Jonathan est passionné par la puissance de la vie et entrepreneur social au service du bien commun. Il a consacré les 8 dernières années à conduire des recherches indépendantes sur la pensée systémique du vivant qu’il considère comme un moteur formidable d’innovation. Il croit que les changements sociaux profonds qui s’opèrent actuellement necessitent le développement d’habiletés humaines centrées sur la collaboration, l’apprentissage et la capacité d’adaptation. C’est pourquoi il a fondé Matière Brute avec l’intention de contribuer au développement d’une culture vivante.Il travaille avec des organismes sans but lucratif, des municipalités, des entreprises et des regroupements locaux dans la mise en oeuvre de processus d’innovation, d’apprentissage et de changement fondés sur les pratiques systémiques, collaboratives et de l’improvisation.

Description

Dans le cadre d’un 5 à 7, venez échanger sur les moments forts de la 2e édition de la Semaine d’innovation sociale.  Apprenez par le biais des autres participants ce qui a été fait dans les activités que vous avez manquées. En équipe, discutez ensembles des éléments à retenir de cet événement ! Une soirée interactive pleine de surprises pour terminer la semaine en beauté.

Animé par Sacha Ghadiri

philip-djahanchah.ghadiri